Noblement

samedi 6 août 2011
par jabiru

Code
Mots clefs
Citations (et références)

N.10

Noblesse

Prêtre

Magnanime

" Un prêtre doit être né grand ou le devenir disait Mgr. Dupanloup. Noblesse n’a point d’autre sens, et jamais noble ne fut " marchand ". Nous ne sommes pas des négociants, notre vie spirituelle ne se règle pas par Droit et Avoir, la petitesse des calculs mesquins nous est interdite, et nous refusons catégoriquement d’apprendre à " compter ". Pour nous l’amour de Dieu ne connaît pas le juste milieu, y garder mesure nous semble paradoxal, et un dévouement moyen n’est pas du dévouement.".

(P. Sevin. Positions Sacerdotales. Règle XIII)

N.11

Noblesse

Prêtre

Magnanime

"On nous trouvera excessifs, exagérés, originaux ou pas raisonnables : il ne semble pas que Jésus-Christ nous ait aimés très raisonnablement. En toutes choses donc sanctifions, apostolat, nous voulons y aller grandement, largement. Dès qu’il s’agit de Dieu et des âmes, la magnanimité doit signer notre attitude comme nos œuvres, et s’économiser est un art que nous négligeons. Service divin requiert noblesse divine : les prêtres du Christ sont ses premiers chevaliers ".

(P. Sevin. Positions Sacerdotales. Règle XIII)

N.20

Désintéressement

" Au milieu d’un monde anarchique où le mot de service, au rebours de l’ Evangile, est devenu synonyme d’abaissement et d’humiliation, où l’égoïsme ne se dissimule plus comme une tare, mais se glorifie comme un principe et comme la vertu des forts, la seule vertu ! L’ordre scout réalise encore ce paradoxe de s’édifier sur le service et le dévouement, de faire des ambitieux à l’envers, des mercantis du désintéressement des profiteurs du sacrifice personnel ".

(P. Sevin. Pour penser Scoutement p. 135)

N.30

Courtoisie

" Courtoisie n’est elle pas fleur de charité ? ".

(P. Sevin. Pour penser Scoutement, p. 100)

N.40

Notre croisade

" En fondant les scouts de France, oui, vraiment, c’était bien une croisade que nous prétendions lancer ".

(P. Sevin. Pour penser Scoutement 1933, p. 169)

N.50

Nature

" Par la contemplation des spectacles grandioses de la nature, [la vie scoute] n’engendre t-elle pas, cette vie scoute, une certaine noblesse d’âme et le sentiment plus concret du Dieu Créateur ? ".

(P. Forestier. Spiritualité des S. de F. in Scoutisme méthode et spiritualité 1940, p. 116)

N.60

But (Pontife !)

" Aider les âmes à devenir (…) des âmes vaillantes, dévouées et chevaleresque, tel est le but de votre Association ".

(Chartre d’approbation. 30 mars 1922. Cardinal Gasparri transmettant la bénédiction papale aux S. d.F.)

N.70

Tenue au camp

" … Nous devons être les " Gentil hommes de la Forêt ". Courtois toujours et envers tous, campeurs ou gens du pays, nous ne nous accordons aucun laisser-aller dans la tenue ou le langage ; nous ne nous permettons aucune familiarité et nous n’en tolérons aucune ; nous ne croyons pas que la vie de plein air nous dispense, entre autres choses, d’être exacts, propres et distingués ".

(P. Sevin. Positions Sacerdotales, règle XLIII : " Courtoisie au camp ") 

N.80

Tenue

Amitié

" Il sera pour l’aisance, jamais pour le débraillé. Il sera pour le naturel, jamais pour la vulgarité. Ce sera un combat difficile, tant l’adolescent est marqué par le laisser-aller et le laisser faire. Mais l’enjeu est essentiel, car la laideur délibérée de la tenue n’est qu’un aspect de la désacralisation (…)

Le scout aura le goût de l’amitié, de la fidélité amicale. Au temps où tous sont copains, il se rappellera que si " le scout est l’ami de tous ", il n’est le " pote " de personne. L’amitié est autrement exigeante que les camaraderies faciles et sans lendemain. Faite d’un réseau de liens, elle suppose le respect, la confiance et la fidélité ".

(Jean-Pierre Normand. Permanence du Scoutisme p.120) 

N.90

Courtoisie

" 96. Courtoisie

(…) Mon ami, je ne vous fais point de tort " (Mt. XX, 13) Etre courtois, c’est avoir l’attitude qui convient à ceux qui sont admis à la Cour d’un Roi. Telle est la situation de tout chrétien et plus encore d’une âme consacrée. La courtoisie est d’abord maîtrise de soi, intérieur et extérieur (…) La courtoisie est humilité et paix (…)".

(P. Sevin. Positions 1947 p. 45)

N.100

De l’esprit d’enfance

" Cette audace et cette magnanimité naîtront de notre esprit de foi et de notre esprit d’enfance : la foi en la toute puissance de la grâce et l’humble conviction de notre néant nous garantiront l’assistance divine. Quand on est convaincu qu’on ne peut rien, on ose tout  ; et rien ne résiste, pas même Dieu, à l’audace des petits enfants ".

(P. Sevin. Positions 1947 p. 12 et 13 Compagnie Apostolique)

N.110

Rien à moitié

" Rien à moitié " (Loi Scoute, art. 7)

" Tout ce qui vaut d’être fait mérite d’être bien fait. L’à-peu-près est la négation même de la tendance à la perfection, et moins que personne, nous n’avons le droit de rien faire à moitié. Notre pauvreté religieuse nous crée une obligation de conscience et une nécessité de travailler " de notre mieux, c’est à dire de toutes nos forces, pour gagner la vie de la communauté et celle de ses œuvres ; lorsqu’on a l’Honneur de travailler pour Dieu, la négligence, le manque de soin, l’inattention ou l’oubli, sont inexcusables  ".

(P. Sevin. Positions 1947 p. 25 n° 46 Assiduité au travail)

N.120

Trois qualités

" Du Chevalier on attendait trois qualités : Humilité, Force et Noblesse. Toutes trois doivent caractériser notre allure spirituelle, notre tendance à la perfection religieuse ".

(P. Sevin. Positions 1947 Section V Ordre (religieux) de la CHEVALERIE)

N.130

Charité

" Rien n’est grand, rien n’est petit dans notre vie, tout est à proportion du cœur qui aime et de la charité que nous exerçons ".

(Retraite avec Dom Delatte p. 41 . Cf. Commentaire de l’Evangile Mc 12,44 ; tome II p.218)

N.140

Choix

" Lorsqu’on hésite entre deux voies il faut choisir la plus difficile ".

(Charles de Foucauld)

N.150

Désintéressement

" Au milieu d’un monde anarchique où le mot de service, au rebours de l’ Evangile, est devenu synonyme d’abaissement et d’humiliation, où l’égoïsme ne se dissimule plus comme une tare, mais se glorifie comme un principe et comme la vertu des forts, la seul vertu ! L’ordre scout réalise encore ce paradoxe de s’édifier sur le service et le dévouement, de faire des ambitieux à l’envers, des mercantis du désintéressement des profiteurs du sacrifice personnel ".

(P. Sevin. Pour penser Scoutement p. 135)

N.160

L’honneur en plus

" Le Scoutisme à l’intérieur de la vie de piété, insère la préoccupation de la vertu humaine, ce qui fait qu’un homme est digne du respect, digne de l’estime, qu’il est un homme d’honneur. On peut très bien ne pas faire de péché mortel et ne pas être un homme d’honneur. Le sentiment de la fierté a beaucoup disparu même des milieux chrétiens. "

(P. Forestier. Introduction à " Loi Scoute et Code d’Honneur " (Abbé J. Morel, au camp d’Aumôniers de Corcelles. 5 – 8 juillet 1943, p. 31)

N.170

Fierté / Foi

" Je crois que ce qui caractérise la spiritualité des scouts, c’est la fierté de leur foi. C’est ce qui domine tout, et la charité en découle, et le service aussi… "

(P. Forestier. Corcelles 1943 idem p. 63. Conclusion art. Spiritualité Scoute. Scoutisme et Sacerdoce)

N.180



Ambiance

Promesse


" C’est par l’ambiance de toute une vie que le Scout aspirera, par osmose, un air dans lequel son sens natif trouvera son éveil et son épanouissement. Lui donner une très haute idée de la Promesse et faire jouer tout l’effort éducatif sur la fidélité à un engagement d’honneur, c’est revêtir d’un caractère sacré tout le comportement scout. "

(Père P. Doncoeur. Scoutisme et Education du sens Religieux. Janv. 1946 dans Eveil et Culture du sens Religieux p. 43)

N.190

Armer les jeunes

" Apostolat.

De leur origine et de leur spiritualité découlent leurs méthodes. Rejet absolu de toute médiocrité, compromission et bavardages stériles. Ils présenteront aux jeunes le Christ jeune, qui appelle à la sainteté et qui a préféré la mort au mensonge ou à la compromission ; ils leur donneront une formation doctrinale solide, les armeront contre toutes les idéologies anti – chrétiennes et anti – morales. Ils leur apprendront à prier souvent le Saint – Esprit, source inépuisable de lumière et de force, lui qui réside dans le sanctuaire de leur âme.

Leur spiritualité sera exigeante, fondée sur la confession et la Sainte Eucharistie. "

(Père Revet. Statuts de la Ste- Croix, ch. 11 n° 39)

N.200

Héritier Chevaleresque

" C’est alors très clair, et plus clair encore pour nous, Scouts de France, qui avons voulu préciser notre attitude morale, en insérant dans notre Loi Scoute ce mot que nous sommes seules à y avoir inscrit :

" Le Scout est courtois et CHEVALERESQUE "

(…) N’ayant pas fait de coupures et de réserves dans cet héritage, nous pouvons dire :

" TOUT ce qui est chevaleresque est notre ", et reprendre la formule admirable de notre premier Chef – Scout, le général de Maud’huy :

" Le Scoutisme c’est la chevalerie mise à la portée de tout le monde ".

Cependant, une restriction est à faire. Si l’âme de la chevalerie revit dans le scoutisme catholique (…) le chevalier n’est pas le scout complet, car ce que j’appellerai le " corps " du Scoutisme lui est étranger ou indifférent. "

(Père Sevin. Le Chef juin 1922 n° 4 p. 58 – 59)

N.210

Archéologie

" Que l’on ne crie pas à l’archéologie. Nous ne prétendons pas ressusciter le chevalerie matériellement. Ce mot désigne à la fois une institution qui a disparu, et un esprit qui doit survivre. "

(Père Forestier. " L’esprit du Scoutisme " Le Chef n° 185 nov. 1941, p. 8)

N.220

Exemple

" Dominus custodit advenas, pupillum et viduam suscipiet : et vias peccatorum disperdet. "

" Le Seigneur protège l’étranger soutient veuve et orphelin et détourne la voie des impies. "

(Psaume 145 v. 9)

N.230

St. Paul

" Enfin, frères, tout ce qu’il y a de vrai, de noble, de juste, de pur, d’aimable, d’honorable, tout ce qu’il peut y avoir de bon dans la vertu et la louange humaine, voilà ce qui doit vous préoccuper. "

(St. Paul aux Philippiens ch. 4 v. 8

N.240

Grâce de jeunesse


" La jeunesse ni l’enfance n’est point du commun. Le jeune – homme est toujours un gentilhomme. L’enfant est toujours un gentilhomme. C’est ce qui vient après qui n’est plus un gentilhomme. Le manque de grâce est proprement ce qui fait l’homme du commun. L’enfance est toute gracieuse. C’est ce qui vient après qui est disgracié. "

(Péguy. commentaire de la romance de chérubin dans Beaumarchais, cité par le P. Doncoeur en 1936 CPD n° 2 p. 48 " Péguy et les jeunes. ")

N.245

Héros et Saints

Tous les héros, a – t – on dit justement, ne sont pas des saints. Mais tous les saints sont des héros, des héros comme le souhaitait Baden – Powell : dans la vie de tous les jours. Tout véritable chrétien tient à la fois du héros et du saint.

(Père Forestier. Scoutisme Route de Liberté p. 150)

N.250

L’enfant Honneur :

+ Courage

Gaîté

" Au berceau de l’enfant Honneur on a vu deux fées apporter leur présent pour l’enfant honneur. Le courage avec la gaîté.

  • " A quoi, dit – on à la première sert un présent comme le votre ? "
  • " Presque à rien, répond la première à donner du courage aux autres. "
  • " L’autre, dit – on à la seconde n’est – il pas de trop pour l’honneur ? "
  • " Un enfant répond la seconde a toujours besoin d’une fleur. "

(Poème de Fresnes. Robert Brasillach " L’enfant Honneur ")

N.260

 

L’esprit de la Chevalerie est surtout la " consécration de toute la vie à la protection des opprimés, le sacrifice de tout son être à la défense de la justice, " ce qui faisait dire à Léon Gautier qu’elle est " le sacrifice à l’état d’institution. "

" Est chevalier – je cite le même auteur – qui donne à ses frères son âme et sa vie, qui place l’honneur au dessus de tous les biens de ce monde, qui aime les petits et les faibles. "

(P. Forestier. L’esprit du Scoutisme. Le Chef n° 185 nov. 1941 p. 8 à 11)

N.270

 

" La chevalerie, ainsi qu’on le voit, était une conception de l’homme. Dans une lueur de gaîté, de bonne humeur, s’édifiait une race de héros. 

Tout un peuple, et non pas quelques privilégiés, a été affamé par cette religion de l’honneur, par ce goût de la vertu poussé à l’état héroïque par l’honneur du mensonge et le sens du sacrifice et c’est ce que propose le Scoutisme. Ce qui a été fait, peut être de nouveau refait ".

(P. Forestier. L’esprit du Scoutisme. Le Chef n° 185 nov. 1941 p. 10-11)

N.280

Chevalerie

" Non, la loi scoute n’est point laïque. Elle est bien plutôt le code d’une chevalerie nouvelle.

Si par chevaliers, on entend, non des nobles batteurs d’estrade ou des guerroyeurs, mais des hommes d’honneur et de dévouement, façonnés comme tels par le christianisme. "

(P. Sevin. Le Scoutisme. Spes 1933 p. 43)

N.290

Esprit de nos origines

" Il est toujours bon, pour ne pas vieillir, de se retremper dans l’esprit de ses origines. Or, notre esprit est un esprit de Croisade, ou bien nous n’y sommes plus. "

(Père Sevin. La promotion de Jésus – Christ. Le Chef n° 99, p. 2, janv. 1933)

N.300

Croisade

" La Croisade, que fut – elle ?

Avant tout, un mouvement (…) quand on prenait la croix, ce n’était pas pour garder la chambre.

Mouvement donc, et de délivrance plus encore que de conquête (…) Saint Louis en se croisant songeait moins à conquérir qu’à convertir.

Mouvement de libération, guerre de délivrance, la Croisade. N’avons – nous donc rien à délivrer autour de nous ? Toute cette génération d’après guerre si effroyablement égoïste, si prisonnière de son égoïsme, si honteusement captive de son respect humain, si lâchement asservie à son confortable ! La belle vie libre, franche et rude, n’est – ce pas celle que nous prêchons, et l’appel scout n’est – il pas d’abord l’appel à sortir de nous – même et à nous libérer pour aider les autres à en faire autant ? Tant d’âmes, tombeaux du Christ (oui, vraiment car selon les apparences il les a désertées ou il gît inerte), sont encore, après dix – neuf siècles, entre les mains de l’Infidèle et de l’Adversaire par excellence. Ces terres- là, ces terres spirituelles, elles relèvent du Christ, elles doivent faire retour à la Chrétienté. Mais pour cela, il faut d’abord que nous soyons nous – mêmes, résolument, Chrétienté. "

(P. Sevin. Le Chef n° 99 p. 2 janv. 1933 " La Promotion de Jésus - Christ "= Pour Penser Scoutement, p. 169)

N.310

En Seigneur

" On veut des hommes qui traitent le Seigneur en Seigneur (…) "

(Jean – Paul II. Oss. Romano 18 mars 1980)

N.320

De Sonis

" Heic, pro Deo et patria, sub Christo signo, cecidit magnanimis Miles Christi. "

(Début de l’inscription de Mgr. Baunard, sur la pierre du monument de Sonis à Loigny (Cf. Bessières p. 383)

N.321

A Loigny

" Fais ce que tu dois ; advienne que pourra ! "

(Devise du comte de Verthamon, tombé à Loigny en portant la bannière du Sacré – Cœur, reproduite sur un vitrail de Loigny)

N.322

Sacre du Serviteur de Dieu

" Seigneur, si vous me laissez la vie, imprimez sur mon front le signe de votre croix.

Sacrez – moi votre serviteur, et que je ne vive que pour mieux vous connaître, vous aimer et vous servir. "

(Prière d’offrande du Gal. De Sonis sur le champ de bataille. Bessières p. 285, ou Brebières p. 39)

N.323

Marchandage

" Aidez de sa grâce, je ne lui refuserais rien. Il ne faut pas marchander avec Dieu. "

(Gal. De Sonis. Brebières p. 34)

N.324

Art. II

" Abuser de son autorité sur ceux qui sont au dessous de nous est aussi lâche que de flatter ceux qui sont au dessus. "

(Gal. De Sonis. Brebières p. 57)

N.330

Positions

" (…) L’Honneur n’a pas besoin de définition. Ce qui l’entame n’est ni scout, ni français, ni chrétien, encore moins sacerdotal. Donc avant tout, franchise et clarté : nous regardons en face : faits, personnes, situations. Tout ce qui sentirait, même de loin, mensonge, dissimulation, " mystère " ; tout ce qui biaise, détourne, déforme ou " colore ", n’a pas rentrée chez nous. Il y a des habiletés de procédé ou de langage qui sont inconciliables avec la droiture, il y a une manière de " savoir trop bien " sa morale et la casuistique, qui ne peut que scandaliser et qui n’a rien à voir avec la tendance à la perfection.

Si nous sommes tièdes, nous marchons quand même ; du respect humain, qui n’est que mensonge en action, nous demandons à Dieu de nous préserver. Nous osons paraître ce que nous sommes, nous voulons être ce que nous paraissons. Nous serons droits. "

(P. Sevin. Positions Sacerdotales règle XXVIII)

N.340

Positions


"81 – Honneur et droiture

" Quand c’est oui, dites oui. Quand c’est non, dites non. (Mt. V, 37)

L’Honneur est pour nous un principe premier. Il n’a pas besoin de définition, car il est " ce qui approche le plus de la vertu, puisqu’il est le témoignage qu’on lui rend " (St. Thomas). En l’absence de tout autre raison d’agir, il suffit à dicter le devoir, ce qui ne se fait souvent qu’en le dépassant. "

(P. Sevin. Positions Ste. Croix de Jérusalem 1947

p. 40)

N.341

Être ou paraître

" (…) Est d’honneur, qui mérite confiance. Mérite confiance qui est sûr. Mensonge, dissimulation, parade et vanité, mystère et obscurité, faux prétextes et faux- fuyants, respect humain qui n’est que mensonge en action ; tout ce qui est " paraître " et non " être " tout cela est aux antipodes de notre esprit. Droiture, clarté, voilà notre premier apanage : " Fors Honneur, vaine est Chevalerie. "

(P. Sevin. Positions 1947 p. 40 n° 81 Honneur)

N.350

Netteté

" L’Honneur, au sens chrétien du mot, est synonyme d’honnêteté, de cette netteté, de cette pureté que doit refléter tout notre être, sous les regards de Celui qui nous a tout donné, et qui nous demandera compte de tout … "

(Abbé Richaud (Monseigneur) Veillées de Prières 1923 p. 34 – 35)

N.360

Droiture spirituelle

" Il nous faut donc montrer ce qu’est cette rectitude spirituelle, cette droiture de l’âme et du corps (…)

En effet, selon le psaume [XCI, 16] " Dieu notre Seigneur est droit, et il n’y a pas en lui d’injustice ". Droit, Dieu a donc fait droit l’homme semblable à lui, et comme lui sans iniquité (…)

(St. Bernard. Sermon 24ème Sur les Cantiques, n° 7)

N.361

Foi et œuvres

Rechercher et savourer les choses de la terre, c’est avoir l’âme torve ; la droiture, c’est de méditer et de désirer les choses d’en haut (…) Considérez – vous comme droits si vous vous montrez catholique dans votre foi et juste dans vos œuvres. Sinon, n’hésitez pas à vous estimer torves. Car il est écrit : [Gn. 4,7] " Si vous offrez avec droiture votre sacrifice mais que vous le répartissiez sans droiture, vous péchez. Ainsi êtes – vous droit en offrant ensemble la foi et les œuvres, mais non pas si vous les séparez (…) Comment donc pourra-t-il être droit, celui qui n’aime ni Dieu ni son Eglise, à laquelle il est dit : " les justes t’aiment ". La foi ne suffit pas sans les œuvres, ni les œuvres sans la foi, pour faire la rectitude de l’âme (…)".

(St. Bernard. Sermon 24ème Sur les Cantiques, n° 7)

N.370

Toujours

" En attendant, quelque soit le point déjà atteint, marchons toujours dans la même ligne ".

(St. Paul aux Philippiens ch. 3, v. 16)

N.380

Ecriture

Sainte

" Omnes recti corde " (Ps. XCIII, 15) – (Ps. 111,2)

(Cité par St. Augustin com. St. Jn n°5 Traité XXVIII)

Recta = cf. Michée 6, 8

Deut 10, 12 – Isaïe 20, 2

Oraisons 8 Dim apr. Pent.

Mercredi 4 tps. De Carême (Supra populo)

N.390

Cœur droit

(simples)

" Je sais, ô mon Dieu, que tu sondes les cœurs et que tu plais à la droiture, et c’est d’un cœur droit (" in simplicitate cordis mei laetus obtuli universa haec ") que je t’ai fais ces offrandes ".

(David. 1er. Livre des Chroniques 29, 17)

N.400

Marche à l’étoile

" Si tu veux tracer ton sillon tout droit, attache ta charrue à une étoile ".

(Proverbe berbère)

N.410

Vertu

" Linea Recta Deo ".

(Devise de la Famille Jonglez de Ligne. Seigneur de Liévin en Artois)

N.420

Ligne droite

" La route du juste est droiture ".

(Psaume d’Isaïe)

N.430

St. Thomas et Aristote

" Le véritable honneur a son fondement dans la justice. C’est ce qu’enseigne saint Thomas, dans son commentaire des Ethiques d’Aristote, où il a tenté un portrait de l’homme d’honneur, qu’il appelle le Magnanime et dont il écrit : Il sait que l’honneur est le plus haut hommage que l’on puisse rendre à la vertu ; mais que la vertu qui fonde cet honneur vaut mieux encore (Cf. La Force R. J. p. 303) ".

(P. Forestier. Scoutisme route de liberté p. 150

II partie)

N.440

Fidélité / Christ

" Ce que nous appelons leur honneur, c’est leur fidélité à la magnifique amitié du Christ, c’est cette amitié devenue passion et zèle invincible : Potius mori quam foedari ".

(P. Héret. L’Esprit du Scoutisme N.R.J. déc. 1932

p. 137)

N.450

Pusillanimité

" Grande leçon de santé intellectuelle et morale.

Pour St. Thomas la petitesse d’âme est péché.

Avouons que c’est un péché dont nous sommes rarement accusés ".

(Père Doncoeur. Cahier du Cercle Ste Jehanne, fév. 1934, p. 25 à 28)

N.480

 

" La vie set trop courte pour être petite ".

(André Maurois)

N.490

Constitution

Ste. Croix

" 2- Son but lointain est d’agir sur le monde actuel pour y diffuser l’esprit de l’ Evangile et spécialement une charité vraiment efficace entre ses membres et envers les autres, le culte sans compromission de la vérité, le sens de l’honneur, de la justice et de la beauté, le service de tous, avec une préférence pour les plus petits et les plus pauvres, dans la joie scoute et la paix bénédictine ".

(Père Revet. Fin de l’Institut de la Ste. Croix de Riaumont)

N.500

Humblement

" (…) Mettons – nous donc bien dans l’esprit que si la Sainte Croix de Jérusalem ne se construit pas solidement sur le roc de l’humilité, elle disparaîtra comme les anciens Ordres de Chevalerie sous les tempêtes de la vanité et de l’orgueil ".

(Père Sevin. Positions 1947 Section V p. 34 ;

n° 68 Humilité de Chevalier)

N.510

Toujours

" S’il n’existait que dans un cœur, l’ordre existerait encore ".

(H. de Montherlant, réponse du Maître de Santiago)

N.520

Luxe

Le Luxe enfin, le seul qui nous soit permis, c’est la générosité à nous vaincre et la magnanimité dans le zèle et l’apostolat ".

(Père Sevin. Positions 1947 p. 6 ;

n° 9 Ordre Religieux de Chevalerie)

N.530

Oser voir large


" 22- Audace & magnanimité

Audacieuses et magnanimes, si nous ne le sommes, nous voulons le devenir.

Crainte, timidité, pusillanimité sont semences de médiocrité apostolique et spirituelle. En ce double domaine de notre sanctification personnelle et de notre apostolat, " nous devons faire à notre SEIGNEUR cet honneur de n’avoir absolument peur de rien ". (Ch. de Foucauld). Audace et envergure, voilà ce qui fait la sœur de Chevaliers, la Vierge apostolique, vraie fille de la Sainte Croix de Jérusalem. En visée de sainteté comme en toutes nos œuvres, fondations ou entreprises, sachons oser et voir loin, haut et large. Ne disons jamais  : " c’est trop grand " ou " trop beau " pour moi ou pur nous. [sauf pauvreté religieuse bien entendu]

Osons penser, osons parler, osons aimer et osons déplaire, osons fonder et inventer, osons risquer échec ou désaveu. Dans le cadre et avec la grâce de l’obéissance, OSONS d’ABORD. " Choisis ", dit un proverbe berbère, " Choisis et tu gagneras ".

(P. Sevin. Positions 1947 p. 12 et 13 Compagnie Apostolique)

N.531

L’esprit d’enfance

" Cette audace et cette magnanimité naîtront de notre esprit de foi et de notre esprit d’enfance : la foi en la toute – puissance de la grâce et l’humble conviction de notre néant nous garantiront l’assistance divine. Quand on est convaincu qu’on ne peut rien, on ose tout ; et rien ne résiste, pas même Dieu, à l’audace des petits enfants ".

(P. Sevin. Positions 1947 p. 12 et 13 Compagnie Apostolique)

N.550

Peur

 22 – Audace et Magnanimité

" Nous devons faire à Notre – Seigneur cet honneur de n’avoir absolument peur de rien ". (Charles de Foucauld)

(Cité p. 12 des Positions de la Ste. Croix de Jérusalem 1947, par le P. Sevin)

N.560

Honneur de Dieu

" Ste. Thérèse d’Avila était indulgente aux faiblesses de la nature humaine, mais voulait que l’on prît garde à l’honneur de Dieu. N’est –ce pas le Seigneur lui – même qui lui avait dit : " Mon honneur est le tien, ton honneur est le mien ".

Quelle noblesse dans cette religion !

N.570

En Seigneur

" On veut des hommes qui traitent le Seigneur en Seigneur (…) "

Jean Paul II. Observatore Romano du 18 mars 1980)

N.580

Point de départ

" L’Ere des croisades a vu naître au sein des Ordres de Chevalerie le moine – chevalier, religieux et homme de combat, et à côté de lui le chevalier prêtre, aumônier ou chapelain de l’Ordre de Malte, ou du Saint – Sépulcre. Nul n’estimait alors que l’homme élevé par Dieu à la plus haute dignité de ce monde, dût, en recevant le sacerdoce, abdiquer noblesse et chevalerie ; nul ne pensait que le Code d’Honneur qui régissait la vie des Frères laïcs fut de trop mince valeur pour être proposé à ceux qui, étant de noblesse divine, se devaient d’être les premiers entre les chevaliers de Jésus – Christ ".

(P. Sevin. Point de départ des Positions Sacerdotales)

N.600

Chevalerie

" … Car la chevalerie n’est pas tant dans le cheval que dans le chevalier. Et pour cela, le chevalier qui dresse bien son cheval mais donne à lui - même et à son fils de mauvaises coutumes et de mauvais enseignements fait de lui – même et de son fils, si faire se peut, des bêtes et fait de son cheval un chevalier ".

(1275 Raymond de Lulle. Le livre de l’ordre de la Chevalerie ch. VI p. 73)

N.610

Dieu d’abord

" Si un jour donc, vous vous trouvez en face de deux ordres contradictoires, vous ferez votre devoir envers Dieu plutôt que d’obéir à l’homme ".

(Cité par le P. Sevin. Le Scoutisme, Spes 1933 p. 38) // (Voir aussi St. Pierre en Actes ;5,29)

N.620

Honneur

/ Grâce

" De ce que l’honneur ajoute quelque chose à un engagement et qu’il le fortifie, il ne suit pas que ce soit lui qui crée l’obligation, qui soit le motif de la fidélité. En appeler à cet auxiliaire précieux, est-ce supprimer le fondement de l’obligation morale ? Pour me conduire en esprit d’honneur et même par honneur, suis-je condamné à renier par le fait même tout motif supérieur, et n’agit-on par motif chrétien que si on le déclare explicitement ? (…)".

(P. Sevin. Le Scoutisme, Spes 1933 P. 17)

N.621

Honneur

/ Grâce

" C’est affaire de l’éducateur de mettre l’enfant en présence de son devoir, et de lui faire comprendre que pour qu’il soit fidèle à sa parole d’honneur, la grâce de Dieu lui est nécessaire. Mentionner expressément le recours à cette grâce, c’est sans doute faire preuve de plus d’esprit de foi, et c’est ce que font les scouts catholiques français ".

(P. Sevin. Le Scoutisme, Spes 1933 P. 17)

N.630

" Chevaliers de France "

" Eh bien, c’est à nous de veiller à ce que la petite flamme sacrée ne oit pas ainsi profanée, ni qu’elle ne s’éteigne aussi vite qu’un feu de paille (…) Avant tout une forte ambiance, une grande allure.

Préparons ainsi des Chevaliers de France qui soient notre fierté. Ce beau titre sera la couronne et la récompense de leurs efforts : tenons-le devant leurs yeux, donnons-lui un très haut prix ".

(R.P. Heret. Retraite des Aumôniers Scouts.

Le Chef n° 36, juillet - Août 1926)


Agenda

<<

2014

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123